Valoriser au mieux le volume de la casse

Pour valoriser les produits alimentaires en date courte, les magasins ont le choix entre plusieurs options : le stickage, le don à des associations, les paniers antigaspi et la valorisation animale. Si toutes ces filières permettent de réduire le gaspillage alimentaire, leur niveau de rentabilité – ou de dégradation de la marge – n’est pas le même. Deux approches doivent être considérées pour orienter les invendus alimentaires vers le bon circuit : la valeur et le volume.

L’approche par la valeur

L’approche par la valeur consiste à calculer, pour chaque produit, la valeur nette préservée par filière en prenant en compte l’impôt sur les sociétés.

Ainsi, pour un produit à valeur d’achat 1€ :

  • Le stickage à -30 % sur le prix de vente permet en moyenne de récupérer 0,95 € avant impôt, puis 0,68 € après impôt sur les sociétés.
  • Le don permet aux magasins qui réalisent des bénéfices de récupérer 0,60 € avant impôt, puis 0, 32 € après réintégration fiscale. Si le magasin ne réalise pas de bénéfices, aucune valeur ne sera récupérée sur l’année, mais la réduction d’impôt peut se reporter sur les 5 exercices suivants.
  • La box anti-gaspi à -70% permet de récupérer 0,41 € avant impôt, 0,29 € après.
  • La valorisation animale : 0 €

Mise en situation pour 100 000 € de casse brute valorisée en prix d’achat et récupérée par ces filières :

Toutes les filières réduisent les frais de déchets au même niveau, mais permettront aux magasins de récupérer plus ou moins de valeur sur cette casse brute de 100 000 € : le stickage 68K€ après IS, le don 32K€ après réintégration fiscale, les paniers 29K€ après IS, et la valorisation animale 0€. 

Si le stickage se dégage comme la filière à privilégier en raison de la valorisation qu’elle génère, il est cependant nécessaire de la compléter par une approche par le volume en prenant en compte d’autres critères. 

L’approche par le volume

L’approche par le volume se focalise sur la quantité de produits revalorisés. Elle complète l’approche par la valeur et ne serait pas un bon indicateur sans celle-ci : un volume élevé est synonyme de bonnes performances seulement si la valeur appliquée est la plus juste possible.

  • Le stickage permet en moyenne de revendre 80% des produits remisés, un chiffre certes important mais insuffisant pour écouler 100% des invendus alimentaires.
  • Le don représente une autre solution. Toutefois, certains produits sont interdits au don, l’avantage fiscal est plafonné à 0,5 % du CA du magasin et cette filière est tributaire des aléas associatifs : passages quotidien, capacités de collecte, horaires…
  • Les paniers antigaspi permettent également d’écouler une partie des invendus alimentaires, mais ils nécessitent de la préparation en paniers, une homogénéité au niveau du contenu et de la valeur marchande entre 15€ et 20€ avant remise.
  • La valorisation animale permet d’économiser du temps sur le traitement des déchets et est utile pour les produits résiduels non vendables ou non donnables, mais les acteurs de la filière sont rares…

Combiner volume et valeur pour atteindre le zéro gâchis

En réalité, pour atteindre le zéro gâchis alimentaire tout en préservant le maximum de valeur, il est nécessaire de combiner l’approche par la valeur, et par le volume. 

Traiter l’une sans l’autre déséquilibre l’efficacité de la démarche anti-gaspi et ne permet pas de mettre en avant les bons indicateurs.

Pour apporter une réponse simple et pertinente à ces problématiques complexes, Zéro-Gâchis a développé une suite d’outils ayant démontré la meilleure approche économique du marché. 

Cette approche, validée par les comptables, permet à tous les magasins de réaliser une estimation gratuite de leurs performances, de dégager des axes d’amélioration et de disposer de solutions pour aller encore plus loin dans la revalorisation de la casse.

Enquire now

Give us a call or fill in the form below and we will contact you. We endeavor to answer all inquiries within 24 hours on business days.
en_USEN
fr_FRFR en_USEN